top of page
Rechercher

Catherine de Médicis, la Régente Noire

Disclaimer : le portrait astrologique de Catherine de Médicis est tiré du thème natal trouvé sur le site Astrothème.

La reine de France Catherine de Médicis est connue pour son amour de l’astrologie et sa relation avec Nostradamus, mais également pour avoir été l’instigatrice d’un des massacres les plus sanglants de l’Histoire de France, la Saint-Barthélémy, qui est lié aux guerres de Religion. Qui se cache réellement derrière cette femme au regard si sévère ?

Catherine de Médicis est née en 1519. C’est la fille de Laurent II de Médicis et de Madeleine de la Tour d’Auvergne. Sa mère meurt peu après sa naissance (Lune carré Pluton), et son père trois semaines plus tard de la syphilis. Elle devient alors orpheline et se retrouve prise en charge par sa grand-mère maternelle, puis sa tante et devient ainsi très jeune l’unique héritière de la fortune des Médicis (Lune conjonction Jupiter) et prend le titre de duchesse d’Urbino, ce qui lui vaudra le surnom de duchessina – la petite duchesse.

Ce revirement de situation peut se montrer par la conjonction de Pluton (le pouvoir) et Saturne(les responsabilités) conjoints au Milieu de Ciel (la destinée) en Capricorne dans le thème de Catherine : la royauté, le devoir et les responsabilités sont écrits dans les astres. Son destin sera mémorable. Avec son Soleil en Taureau conjoint à Vénus, elle possède un tempérament placide, calme et patient, et aime l’art, la culture. Elle aime le raffinement et les belles choses, de par son éducation soignée imprégnée de philosophie. Pas étonnant qu’elle fût considérée comme patronne des arts et plus grande mécène de son temps. Elle contribua à une partie de la construction du Louvre et du Palais des Tuileries.

Elle se marie à 14 ans au futur Henri II en 1533 et devient Reine de France en 1547. Ils auront ensemble 10 enfants. Toutefois, le Roi est fou amoureux de Diane de Poitiers, sa confidente et maîtresse, et les premières années de mariage, Catherine devra s’effacer devant sa rivale et accepter les pires humiliations. Puis, coup du sort, le Roi de France meurt en 1559. Catherine doit alors prendre la régence du Royaume de France et traiter les dissensions religieuses qui troublent le royaume. Entre temps, en 1564, Catherine fait venir à la cour l’astrologue Nostradamus et le nomme médecin et conseiller du Roi. C’est un astrologue très érudit et qui sera son fidèle ami des années durant. Avec son Uranus en maison 1 (la planète de l’astrologie) et son Mercure en Maison 12 (la maison des secrets, du symbolisme et de la spiritualité), il n’est pas étonnant qu’elle mit sa confiance en lui car elle était très superstitieuse, mais surtout, reconnaissait en Nostradamus un génie sans pareil. Il lui aurait fait part de prédictions sur l’avenir de la France, son rôle de régente et bien plus.

Les tensions religieuses continuent de plus belle au sein du Royaume. Catherine tente tout d’abord une manœuvre de tolérance et de paix (Neptune en Verseau, l’idéal au service des autres de la conciliation, en Maison 11 celles des groupes, et surtout une conjonction Lune-Jupiter en Balance, le signe de la paix et de l’équilibre par excellence) entre les protestants et les catholiques (elle signe plusieurs édits et traités en ce sens), étant pourtant elle-même une fervente catholique. Toutefois, sa méfiance se fait sentir à l’égard des huguenots et le conseiller de son fils qui prône la guerre, l’amiral de Coligny. Pour apaiser les tensions au sein du pays, elle organise même le mariage de sa fille Marguerite de Valois avec Henri II de Navarre, un protestant, en 1572. Mais ce n’est pas suffisant. Après un attentat manqué contre Coligny, le 22 août, elle prend une décision qui s’avèrera fatale pour sa réputation : elle ordonnera le massacre de la Saint-Barthélémy dans la nuit du 23 au 24 août.

Le but original de la stratégie était de tuer les principaux chefs de l’opposition huguenote venus pour la noce, mais le plan ne se passe pas comme prévu. Monté en hâte (l’Ascendant Bélier et le Mercure en Bélier de Catherine n’y sont sûrement pas pour rien. Le Bélier a besoin d’agir vite, dans l’instant, l’impulsion et peut se montrer particulièrement si besoin est.), le plan original se transforme en un bain de sang, le peuple français étant excité par des prédicateurs catholiques les implorant d’exécuter leurs ennemis protestants et huguenots. Le nom de Catherine sera pour toujours associé à ce massacre, et il est intéressant de noter que son Ascendant Bélier – ou l’image que l’on renvoie aux autres – est régi par Mars, la planète du feu, du combat, des pulsions.

Au fur et à mesure des années qui lui restent, l’influence de la régence de Catherine diminue de plus en plus, et elle meurt en 1589, à 70 ans. Toute sa vie, son combat fut de protéger ses enfants et de se faire accepter en tant que Reine-Mère (Mars en Cancer en Maison 4, l’action dirigée vers la protection du clan et de la famille).

Canalisation

Portrait général de Catherine de Médicis Je ressens Catherine comme une femme impressionnable, qui le compense en se protégeant énormément. On accède pas facilement à l’intérieur de cette femme, elle ne supporte pas cela. Elle se confie peu, mais aime entendre ce que l’on dit autour d’elle. “Je donne peu mais je souhaite recevoir beaucoup”. Catherine cache sa vulnérabilité sous une apparence sévère, voir difficile. Mais lorsqu’elle est seule, il lui arrive de craquer, de pleurer, de se sentir exclue et incomprise. Elle aimerait pouvoir avoir des personnes proches d’elle, avec qui elle pourrait avoir de longues conversations et des confidences. Malheureusement, sa place l’empêche de ressentir cela. De plus, elle est préoccupée par sa santé, elle a un petit côté hypocondriaque. Elle a peur de la maladie, de perdre la vie. Il peut lui arriver d’être assez torturée, d’aimer les choses obscures. Elle se sent très attirée par ce qu’elle ne comprend pas. C’est une femme intelligente, qui aurait aimé, si elle avait pu choisir, de faire des expériences scientifiques. Catherine également peut se montrer froide, distante et magnanime, mais encore une fois, c’est sa carapace extérieure qui s’exprime. Rien de tout cela ne correspond à sa vulnérabilité. Elle a aussi des appétits sexuels forts, elle aime faire de nouvelles choses, découvrir avec son mari. Elle n’hésite pas à prendre des attitudes provocantes, quand personne ne peut le voir. Catherine a des moments de déprime, d’ennui. Elle se sent étouffer dans sa position, mais ne laisse rien paraître. Dans ces cas là, elle entre dans une frénésie, où elle va rencontrer sorciers, occultistes, voyants. Elle veut du sens.
Elle réagit beaucoup dans l’instinct, dans l’impulsif. C’est une passionnée qui se protège. Elle souhaite tant une proximité intime qu’elle se jette parfois dans des amitiés ou des contacts intéressés uniquement par son argent. Elle le sait mais fait totalement abstraction, tant son besoin de contact est fort. Catherine aime les belles choses, le luxe lui plaît. Elle est capable de dépenser des fortunes en un clin d’oeil, elle voit l’argent comme quelque chose d’abstrait. Elle peut parfois, puisqu’elle se focalise beaucoup sur ses émotions, faire preuve d’égoïsme, voir même de cruauté. Ce n’est pas intentionnel, mais elle peut manquer d’empathie. Ainsi, la Médicis semble être une personne austère, voir froide. On la craint, et c’est juste, car ses réactions peuvent être inconsidérées et précipiter les autres dans des problèmes.
Comment fut l’enfance de Catherine de Médicis ? Soignée. C’est le mot qui me vient. Elle a été élevée avec goût, faste. C’est une enfant timide, à qui on apprend à se comporter. Elle semble ne pas avoir assez joué. Son éducation est sérieuse. Elle a une relation correcte avec ses proches, ce qui correspond aux canons de l’époque, elle n’en ressent pas particulièrement de blessures. Mais pas de lien fort. Néanmoins, je perçois chez elle, du fait de vies antérieures où elle a été cruellement accusée à tort, une blessure de rejet et d’humiliation. Elle restera en filigrane dans sa vie.
Quelles sont ses relations avec son mari Henri II ? Excellentes pour l’époque. Il était coutume de ne pas choisir son époux, et en étant mariée à un roi, on devenait alors bien moins regardant du reste. Mais, Catherine a décroché le gros lot : elle aime ce mari qui lui laisse beaucoup de libertés pour l’époque, avec une grande alchimie sexuelle, une amitié profonde. Elle admire cet homme, pour son ouverture d’esprit. Ils s’entendent bien et il leur arrive même de rire ensemble. Impensable pour les autres d’imaginer une telle complicité dans un couple !
Comment vit-elle le fait que son mari lui préfère Diane de Poitiers ? Elle est plutôt indifférente. Ce n’est pas une jalousie comme pourrait le ressentir une femme trompée actuellement, à notre époque. Avoir une maîtresse, pour un roi, c’est considéré normal. Ce qui lui importe, c’est qu’il ne l’humilie pas, ni l’écarte de la politique. Evidemment, Catherine trouve que Diane est vulgaire, bête et mal élevée. Mais après tout, quelle femme légitime apprécie la maîtresse de son mari ?
Comment a t-elle vécu le massacre de la St-Barthélémy ? Elle était surprise car je ressens qu’elle ne se doutait pas de l’ampleur que prendrait la chose, mais elle était tant préoccupée par sa vie personnelle et ses propres problèmes que cela lui est vite sorti de l’esprit. Je pense que pour elle, ce qui se passe dans le peuple ne la touche pas. C’est comme si tout ce qui n’est pas lié à elle directement lui passait “au-dessus”.
Quelles sont ses relations avec Nostradamus ? Elle l’adore. C’est un excellent astrologue, qui lui a prédit plusieurs évènements. Il la conseille continuellement par rapport à son mari, elle ne peut supporter de ne pas contrôler tout son environnement. Son besoin de contrôle la pousse à demander à Nostradamus la moindre de ses actions, pour avoir la validation du succès. Celui-ci aussi lui donne des informations sur les autres personnes, ce qu’ils ressentent vis-à-vis d’elle. Elle peut parfois même se lever la nuit si une question lui passe dans l’esprit. C’est de la pure dépendance. Elle a compris qu’elle peut avoir ce qu’elle veut grâce à l’argent et n’hésites pas à en user.
Quelle a été la mission de vie de Catherine de Médicis ? A un titre personnel : réussir à dépasser ses blessures d’humiliation et de rejet, savoir se lier aux autres, dépasser son besoin de contrôle, avoir la foi en elle-même plutôt que dans l’autre. A un titre plus général : donner une fortune à la France, décisions politiques, introduction de l’ésotérisme sans que cela soit traité de sorcellerie.
A t-elle été heureuse dans cette vie ? Je ne dirais pas heureuse, car elle était souvent dans le contrôle. Elle n’a pas réussi à travailler sur elle-même et avait du mal à prendre du recul. L’âme de Catherine a choisi une incarnation en tant que fermière dans la vie qui a suivi, c’est bien qu’elle avait besoin de revenir à l’essentiel. %
Avait-elle la foi et/ou des dons médiumniques ? Oh oui ! Elle avait justement beaucoup trop la foi… sauf en elle-même ! Des capacités étaient pourtant là et ne demandaient qu’à se révéler, ce que lui disait souvent ses astrologues et ses voyants. Mais elle recherchait tant l’extraordinaire qu’elle était bloquée.

Info/intox

C’était une femme avide pouvoir Avide non mais elle aime le pouvoir, oui. Elle aime contrôler.

Elle a empoisonné son fils Charles IX pour rester au pouvoir plus longtemps Non. Mais elle savait qu’il allait mourir prématurément grâce à ses astrologues. Elle ne lui a jamais dit.

Elle a fait empoisonner Jeanne d’Albret, une fervente protestante Non, il y avait une telle haine des protestants qu’elle n’avait pas besoin de s’en occuper elle-même.

Elle s’adonnait à des pratiques de magie noire Oui, c’est possible. Surtout pour créer des situations, pour s’avantager.

Elle utilisait des nains en tant qu’espions Oui. A la fois parce qu’elle adore les idées saugrenues et parce qu’elle aime tout savoir. Cela l’occupe et …. assouvi son besoin de contrôler !

Elle eut une relation amoureuse avec Nostradamus Absolument pas. L’amour n’est pas une aspiration chez elle, et elle connaît bien trop son rang pour se compromettre.

En espérant que ce potin vous ait plu, n’hésitez pas à mettre en commentaire vos avis ou vos suggestions pour un prochain potin.

Avec Bienveillance, La Pythie et Amimetobion.

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page